Comprendre le fonctionnement du marché des changes

Le concept d’échange d’une monnaie contre une autre semble plutôt simple, mais comprendre qui est réellement impliqué et ce qui détermine un taux de change est bien plus compliqué.

Cet article a pour but de présenter brièvement le fonctionnement du marché des changes, et de lui ôter une partie de son mystère. Ne manquez pas les articles sur “Qu’est-ce qui impact le marché ?” et “Quel est le bon moment pour échanger des devises ?” qui sortiront ces deux prochaines semaines.

 

Qu’est-ce que le marché des changes et comment fonctionne-t-il ?

Le marché des changes est de loin le plus grand marché financier du monde, avec en moyenne 4 milliards de dollars échangés quotidiennement par les banques, les institutions financières, les entreprises et les particuliers. Cela représente environ 12 fois le montant total qui est échangé chaque jour sur les marchés boursiers mondiaux.

 

L’équivalent de 45 millions de dollars de monnaies diverses changent de main chaque seconde, toutes monnaies confondues

 

A la différence d’autres marchés financiers tels que le marché des actions ou certains marchés de matières premières, les devises ne sont pas échangées sur une bourse centrale : il s’agit d’un marché hautement décentralisé, qui permet à un grand nombre et une grande variété de personnes d’y accéder, d’acheter ou vendre des devises ou d’échanger une monnaie contre une autre.

Pour cette raison, il n’y a pas de prix unique et convenu à un moment donné, mais il existe un certain nombre de taux différents, qui dépendent à la fois de qui échange, du moment où ils le font, de l’endroit où ils se trouvent et pour combien ils achètent ou vendent une devise en particulier.

 

Qu’est-ce que le taux de change réel ou le taux interbancaire ?

Il se peut que vous ayez entendu être brandi le terme de “taux milieu de marché ou taux interbancaire”. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Le taux milieu de marché est le point médian entre les prix de vente et d’achat d’une devise contre une autre sur le marché des changes – combien l’acheteur est prêt à payer, et à combien le vendeur est prêt à vendre. Il est également connu sous le nom de taux interbancaire, et représente l’équilibre entre l’offre et la demande à ce moment précis, pour cette paire de devises spécifique.

Par exemple, si le taux de vente pour une devise spécifique contre une autre est de 2 et que le taux d’achat est de 1,5, alors le taux  de change moyen est égal à la moyenne des deux : 1,75.

Les banques, les courtiers appliquent habituellement un “spread” (écart, marge) au taux de marché, qui est dans les faits une commission cachée qui modifie le taux côté. Vous pouvez consulter le taux de change réel avant l’application d’aucun de ces frais sur XE.com.

 

Les acteurs majeurs

Au sommet de la pyramide du Change se trouvent ceux que nous appellerons les acteurs majeurs. Leurs agissements sur le marché œuvrent en fin de compte à déterminer les taux.

 

Citigroup occupait toujours la tête du classement parmi les fournisseurs de service de change en 2016

 

Par acteurs majeurs nous entendons bien sûr les banques (montrées sur le graphique ci-dessus), mais également les grosses caisses de retraite, fonds spéculatifs, compagnies d’assurance et entreprises au capital important. Des entreprises ayant des relations établies et de confiance avec de grosses banques, qui facilitent l’achat et la vente de devises.

Les acteurs majeurs proposent ou ont accès aux meilleurs taux pour leurs plus gros clients, et offrent des taux progressivement moins intéressants pour leurs plus petits clients, moins précieux ou plus risqués.

En réalité, personne en dehors de ce cercle restreint n’obtient les meilleurs taux, et plus vous descendez bas sur la chaîne alimentaire, plus la différence entre les taux proposés et les taux de change réels augmente.

Le modèle économique est simple : la devise est achetée ou vendue plus ou moins au taux interbancaire, puis est ensuite aux clients à un taux dégradé, ce qui leur permet de faire un profit, parfois juste assez pour couvrir les coûts, mais ce profit peut quelquefois devenir considérable.

Leur marge est simplement la différence entre les deux taux. Pour un marché sur lequel 4 milliards de dollars changent de mains chaque jour, il n’est pas étonnant que les départements de change des principales banques mondiales figurent en général parmi ceux qui leur sont les plus profitables.

 

Ce que cela signifie pour les voyageurs ?

Tout en bas de la chaîne alimentaire des devises se trouve le particulier qui souhaite obtenir un montant relativement faible de devise d’un autre pays pour un voyage à l’étranger.

Cela veut dire que le client recevra en général le pire taux et le moins transparent sur le marché, parfois jusqu’à 10% supérieur au taux interbancaire. La conséquence de ceci est que vous avez moins d’argent de poche avec lequel profiter de vos vacances.

 

Mais pourquoi ne pouvons-nous pas bénéficier des mêmes taux que les banques ?

Cela relève d’un certain nombre de raisons, mais les principales sont probablement le coût de la logistique derrière le traitement des demandes individuelles, et la qualité des relations entre le fournisseur de devise et l’acheteur.

Quand on y pense, pour qu’un particulier aie accès à une devise étrangère, en billets et en pièces, à un moment donné, souvent à la dernière minute, il faut que les banques ou les intermédiaires possèdent un bureau à proximité, du personnel dédié et un stock de plusieurs devises qu’ils auront peut-être achetées à un prix supérieur quelques jours plus tôt : cela implique des coûts et une logistique importants, et un risque élevé. Par conséquent, vous, le client final, devrez payer pour ce service personnalisé.

 

Les grandes banques ne traitent pas avec du papier-monnaie comme les voyageurs ordinaires

 

Rentre également en compte la dimension essentielle de la taille critique – c’est simple : plus vous êtes un client important, fiable et fidèle, meilleur sera le taux que vous obtiendrez. Si vous venez une fois par an pour changer 100 €, vous ne bénéficierez certainement pas des mêmes avantages qu’une grosse société qui échange 10 millions par jour pour reconvertir leur chiffre d’affaire en dollars vers des euros.

Cela dit, il est impossible d’ignorer le fait que moins le client connaît ce marché, et que plus son besoin est urgent, moins bon sera le taux qu’il finira par obtenir. Un exemple typique est le Bureau de Change à l’aéroport, où ils ajouteront des commissions au taux interbancaire qui s’élèvent jusqu’à 11%.

Néanmoins, chez WeSwap, nous avons réussi à régler beaucoup de ces problèmes : à travers une communauté d’individus fiables qui échangent/swappent les uns avec les autres, et grâce à l’utilisation de la monnaie électronique, du moins jusqu’à ce que vous retiriez à un distributeur automatique, nous supprimons la plupart des intermédiaires. Les frais que vous payez sont réduits à nos coûts réels. Plus un petit montant qui nous permet de fonctionner de manière viable.

 

Merci à notre responsable trading, Greg, pour son aide dans la traduction des concepts compliqués en un français pas-si-compliqué. Ouvrez l’œil la semaine prochaine pour davantage d’informations quant à “Qu’est-ce qui impacte le marché ?”. La trilogie arrivera à son terme la semaine suivante lorsque nous nous pencherons sur la question présente sur toutes les lèvres des voyageurs : “Quel est le bon moment pour échanger des devises pour mes vacances ?”.

S'inscrire

Vous avez des questions ? N’hésitez pas à les poser ci-dessous ou à contacter notre service client.

   

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.
Required fields are marked *